Rentrée littéraire 2016 : un aperçu des éditions Stock en musique

23/06/2016

Plongez-vous dans l’univers de la rentrée littéraire des éditions Stock qui publieront 11 romans en août prochain. Et ce, en musique à travers les titres que les différents auteurs ont choisi de faire résonner avec l’atmosphère de leur livre. Du western à la Nouvelle vague en passant par Proust, chaque piste dit quelque chose de bien particulier sur le livre et son auteur. Bonne écoute !

La rentrée littéraire des éditions Stock promet de nous transporter sous bien des latitudes et dans bien des univers comme l’annonce le Directeur général Manuel Carcassonne évoquant "des lieux et des atmosphères si fortes que ce dépaysement vous transporte dans un autre monde : d’Hanoi en Ukraine, de Los Angeles en Afrique, des circuits automobiles aux rues parisiennes où l’on manifeste". A l’occasion de la présentation de cette belle rentrée aux libraires à Paris, les auteurs avaient choisi chacun un ou plusieurs morceaux évoquant leur roman. Une très chouette playlist que nous vous proposons ci-dessous.

 

 

Rentrée littéraire des éditions Stock : à chaque auteur son univers

Bernard Chambaz, que l’on attend avec A tombeau ouvert mettant en regard la mort du pilote de Formule 1 Ayrton Senna et celle de son propre fils, propose un célèbre extrait de La Tosca de Puccini. Solange Bied-Charreton a joué la carte de l’ironie en choisissant A présent tu peux t’en aller de Richard Anthony et J’habite en France de Michel Sardou pour résonner avec la chronique familiale au sein de la bourgeoisie française qu’elle signe dans Les Visages pâles et qui dénonce au passage les manifestations contre le mariage pour tous. Cédric Gras, quant à lui, convoque un chant traditionnel ukrainien. Normal puisqu’Anthracite nous emmènera dans la région du Donbass en proie à la révolte fin 2014. Françoise Cloarec, elle, nous fera découvrir l’univers de Pierre Bonnard, ce peintre du bonheur et de la mélancolie dans L’Indolente via la personnalité de sa muse, Marthe, et avec un extrait du Stabat Mater de Pergolèse. C’est à un tout autre univers qu’il faudra se faire dans le premier roman d’Arnaud Sagnard basé sur la biographie de Charles Bronson et lié, bien évidemment, à l’air de L’Harmonica extrait de la cultissime bande-son de Il était une fois dans l'ouest signée Ennio Morricone. Cinéma toujours mais côté français avec Ollivier Pourriol qui imagine un hold-up jubilatoire mettant en scène certains des acteurs de la Nouvelle vague dans Une fille et un flingue. Il s’appuie pourtant sur une référence italienne, La Dolce Vita de Nino Rota. Question d’ambiance… Enfin, la Grecque Ersi Sotiropoulos s’inspire de la vie du poète Constantin Cavafy dans Ce qui reste de la nuit et évoque les correspondances entre les arts chères à Proust en choisissant pour bande son la fictive Sonate de Vinteuil imaginée et interprétée par Claude Vasori et son orchestre. Et ce n'est pas tout... 

 

Vous voulez en savoir plus ? Nous reviendrons très bientôt avec plus de révélations sur cette rentrée qui s’annonce prometteuse !

 

M.E.

Commentaires
Soyez le premier à laisser un commentaire !