Mazarine Book Day : un succès pour la première édition !

21/03/2016

Carton plein pour le Mazarine Book Day ! Ce samedi 19 mars, auteurs en devenir, éditeurs de renom et blogueuses littéraires en vogue se sont réunis à l’Alcazar pour le premier speed-dating entre écrivains et professionnels. Un événement inédit placé sous le signe de la diversité des registres mais aussi de la bienveillance. Récit d’une journée riche en rencontres et en surprises. 

Abattre les cloisons entre les auteurs et les éditeurs : tel était le mot d’ordre de cette journée bien spéciale du Mazarine Book Day qui s’est déroulée samedi 19 mars au restaurant L’Alcazar à Paris. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils sont nombreux à avoir saisi cette occasion fourni par les éditions Mazarine. Cinq éditrices d'un côté. Cinq blogueuses littéraires de l'autre. Et cinq précieuses minutes pour convaincre. Entre 13h30 et 17h30, pas moins de cent personnes se sont succèdées auprès des deux jurys.

 

Le bar balcon de l'Alcazar, 62 rue Mazarine, 75006, Paris. © MyBOOX

 

Une chance inédite de rencontrer des éditeurs

 

A peine le coup d’envoi donné, on distingue déjà des dizaines de visages parmi la verdure du bar balcon de l’Alcazar privatisé pour l’événement. Les candidats prennent un numéro et commencent à constituer la file d’attente vers le premier jury de blogueuses littéraires spécialement avant de rencontrer une éditrice de la maison Fayard, organisatrice de l’événement. "C’est intéressant ce double jury parce que ça permet d’avoir un regard de professionnel sur ce que nous, blogueuses, aurions envie de lire", nous confie Charlotte Milandri du blog L’Insatiable Charlotte.

 

Julie de Lestrange conseille les candidats et dédicace son livre. © MyBOOX

 

En patientant, on attrape un macaron, on révise son pitch, on se penche quelques minutes sur les premiers romans et essais parus dans la toute nouvelle maison Mazarine et on en profite pour discuter avec les auteurs venus donner leurs conseils aux candidats. Parmi eux, Baptiste Beaulieu, jeune médecin et auteur de deux ouvrages chez Fayard. "C’est une sorte de Saint-Graal l’édition quand on écrit", nous explique celui qui a publié son premier livre, Alors voilà, à partir des billets rédigés sur son blog du même nom. "Je ne peux pas m’empêcher de me mettre à leur place. J’aurais envie qu’ils réussisent tous !" Car ce n’est pas donné tous les jours de pouvoir abolir les étapes du circuit conventionnel de l’édition. "C’est un pas courageux de la part de Fayard de donner leur chance à des gens qui ne peuvent pas dépenser vingt euros par manuscrit pour les envoyer à des maisons d’édition", poursuit le jeune auteur.

 

Jury des blogueuses. © MyBOOX

 

Houssem, de son côté, s’est inscrit dans la minute quand il a entendu parler du Mazarine Book Day par une collègue. "Je viens d’un milieu où on ne croise pas d’éditeurs. Cet événement permet de basculer de la froideur procédurière à la chaleur de l’humain", selon le jeune journaliste et aspirant auteur.

 

Diversité des personnes et des registres

 

L’après-midi avance, le balcon se remplit. Julie de Lestrange, Stéphanie Blake et Gavin’s Clemente Ruiz dont les ouvrages inaugurent la collection de printemps Mazarine, sont eux aussi venus soutenir les candidats dont on retiendra surtout la grande diversité. Alexandre, le plus jeune d’entre eux, est venu, accompagné de sa mère, présenter son premier projet du haut de ses douze ans : un roman inspiré de la myhtologie grecque. Une autre candidate, fort énigmatique et souhaitant visiblement garder l’anonymat, porte un masque blanc, une perruque blonde et présente son projet sur Powerpoint sans ouvrir la bouche. Il n'y a pas de doute : des hommes et des femmes de tous âges ont saisi cette chance et ont visiblement chacun un style et un projet bien à eux.

 

Jury des éditeurs. © MyBOOX

 

Sophie de Closets, présidente directrice-générale des éditions Fayard, a été agréablement surprise par la grande diversité des registres proposés par des "auteurs qui ont l’air d’être habités et passionnés". Contre toute attente, les éditrices ont chacune eu au moins un coup de coeur : "un roman historique (…) qui a l’air formidable, un roman de geek urban fantasy qui a l’air complètement addictif et puis une histoire de famille à la Mauriac un peu vénéneuse" pour Sophie de Closets, "un thriller qui se passe dans un hôpital" pour Sophie Charnavel, directrice éditoriale.

 

Une journée sous le signe de la bienveillance

 

Un mot vient aux lèvres de plusieurs des participants qu’ils soient jurés, auteurs candidats ou éditeurs : la bienveillance. "L’expérience vaut largement autant que le résultat", nous a confié Houssem, plein d’enthousiasme à l’issue de ses deux speed-datings. "Ça fonctionne très bien, tout le monde se parle", souligne Sophie Charnavel.

 

Le concept, résolument original et moderne, pourrait bien donner lieu à une voire plusieurs publications - Sophie de Closets est optimiste : "Vu ce que j’ai entendu, j’ai du mal à croire qu’on ne trouve pas au moins une pépite parmi ceux qui nous donnent la chance de nous présenter leur livre". De quoi peut-être renouveler l’expérience : "Pourquoi pas un Mazarine Book Day par an et le prochain en Province ?", lance Sophie Charnavel. Les auteurs en herbe devraient être encore une fois au rendez-vous.

 

Les délibérations entre les deux jurys. © MyBOOX

 

Noémie Sudre

Commentaires
Soyez le premier à laisser un commentaire !