Ils le suivent (13)
  • Solera .
  • Bouba BART
  • Val Bianco
tous
Il les suit (34)
  • Solera .
  • Tiphaine A
  • Emma Aurange
tous
Vous êtes sur le profil de Palimpseste 8
"L'acte de lire établit une relation intime, physique, à laquelle prennent part tous les sens : les yeux saisissent les mots sur la page, les oreilles font écho aux sons lus, le nez respire l'odeur familière de papier, de colle et d'encre, la main caresse la pagerugueuse ou lisse, la couverture souple ou dure ; même le goût intervient parfois quand le lecteur porte les doigts à sa langue." Alberto Manguel.  
Lecteur

Critique de "Novecento : pianiste"

Sa note:
Une oeuvre puissante à l'écriture musicale et poétique 09/07/2012 par
Cette critique a été lue 232 fois
  • 0 avis positif
  • 0

Critique" Novecento " est un monologue théâtral de l'écrivain et musicologue italien Alessandro Baricco, publié chez Feltrinelli en 1994, sous le titre original " Novecento : un monologo ", dont la traduction en français, par Françoise Brun, a été publiée par les éditions Mille & Une Nuits en 1997. D'après l'auteur, le texte si situe à mi-chemin entre une pièce de théâtre et un conte lu à voix haute.
Ce monologue de Baricco raconte l'histoire unique de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Né et abandonné sur un paquebot en 1900, il sera adopté par l'équipage et grandira parmi eux sans jamais descendre à terre. Doué pour la musique, il apprend à jouer du piano et devient un virtuose. Tous ceux qui l'entendent jouer le considèrent comme le plus grand pianiste de tous les temps. L'histoire est racontée par Tim Tooney, le trompettiste de l'orchestre, ami de Novecento et témoin privilégié de sa vie déconnectée.
Naviguant sans répit sur l'Atlantique, Novecento passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches d'un piano. C'est un homme étrange, discret et naïf, dont la musique magique devient comme l'écho de l'Océan. Mystérieux, Novecento l'est aussi parce qu'il est capable de parler de n'importe quelle ville, de n'importe quelle rue, de n'importe quelle femme, de n'importe quelle odeur, sans jamais s'être rendu nulle part. C'est comme s'il réussissait à lire les passagers du paquebot, leurs histoires, et qu'il en dessinait une carte immense, une carte du monde, sur laquelle il voyage pendant que ses doigts caressent le piano.

"Novecento: pianiste" est une allégorie du XXe siècle ; une oeuvre puissante à l'écriture musicale et poétique.

  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

17/09/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Romans et nouvelles
  • La peau de l'ours
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1259 livres

    La peau de l'ours Recommandé par Virginie Neufville

    Le narrateur, hybride monstrueux né de l'accouplement d'une femme avec un ours, raconte sa vie ...

  • L'homme sans maladie
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1259 livres

    L'homme sans maladie Recommandé par Virginie Neufville

    Architecte de renom zurichois, Samarendra Ambani (dit Sam), fils d'immigrants indiens, se considère ...

Critiques du Club de lecture Romans et nouvelles
  • La langue des oiseaux
    Florel Florel

    Florel

    744 livres

    Un vol vaporeux L’avis de Florel Florel sur La langue des oiseaux

    Je ressors de ce livre avec un sentiment indéfinissable. Ce n'est pas un mauvais livre, mais il ...

  • La dernière fugitive
    Laurence Nakachian

    Laurence

    151 livres

    Trop paisible peut-être ? L’avis de Laurence Nakachian sur La dernière fugitive

    L'héroïne, Honor Bright, a quitté l'Angleterre et sa famille et découvre le continent américain ...

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité