Ils la suivent (0)
tous
Elle les suit (0)
tous
Vous êtes sur le profil de Sophie Grandjean
Insérer ici ma citation  
Lecteur

Critique de "Débris de tuer"

Sa note:
Point de vue du poète Antoine Emaz 10/02/2011 par
Cette critique a été lue 282 fois
  • 0 avis positif
  • 0

CritiqueCe livre est risqué, ce qui revient à dire qu'il est intéressant : la poésie ne dort pas sur ses deux oreilles.
Et d'abord, risqué parce qu'imprévu. Matthieu Gosztola est né en 1981 : un auteur soucieux de faire carrière creuse d'ordinaire la veine qui l'a fait connaître. Les précédents livres développaient plutôt un intimisme familial et amoureux, même si le dernier (Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin, éd. de l'Atlantique, 2008) ébauchait une sortie de soi, ou une forme de projection, de passages par d'autres figures. Mais dans Débris de tuer, c'est le génocide rwandais qui fait l'objet du livre. Donc plus rien là de personnel, semble-t-il. Dans sa judicieuse préface, Bernard Pignaro note : " En 1994, Matthieu Gosztola était un enfant. Rien dans son destin personnel ne le prédisposait à étudier cette page particulièrement atroce de l'histoire du monde. " Rien ne laissait donc attendre ce livre, très loin de l' " étroite peau " d'un jeune poète français d'aujourd'hui.

Mais comment écrire sur un génocide ? On pense à la célèbre phrase d'Adorno affirmant l'impossibilité de la poésie après Auschwitz...
D'abord, en s'absentant : le poète laisse toute la place aux faits et aux victimes. On songe à Holocauste de Reznikoff et aux objectivistes américains. Ici, la technique du cut-up semble utilisée, mais pas de la façon volontairement plate, neutre, froide, des objectivistes. Aucun pathos dans le livre de Gosztola, mais il y a du relief, de la rugosité de langue, à commencer par les emprunts fréquents au rwandais, et l'alternance entre les faits, rapportés à la troisième personne, et les témoignages (on, je, nous), toujours très courts, morcelés.
Autre façon d'avoir une prise de langue sur l'événement terrible : la composition. Chaque page est présentée comme autonome, avec indication de date et de lieu : " Rubavu, 6 Mai 1994 ", par exemple. Mais la suite chronologique des pages constitue comme une approche particulière d'un " récit ". De même, le livre est clairement construit sur deux périodes : la première partie (pages 9 à 51) couvre la période du génocide lui-même (7 avril 1994 - 30 juin 1994), alors que la seconde partie (pages 53 à 89) s'étend du 26 juin 1995 au 12 avril 2010 et nous fait donc entrer dans le temps de la mémoire et des conséquences longues du traumatisme. Cette structure très forte du livre, même si elle ne saurait être confondue avec celle d'un récit, équilibre une force égale de dispersion, d'émiettement, une sorte d'affolement du texte en particules qui sont plus en résonance qu'en lien.

L'extrême diversité des dispositifs d'écriture employés participe à cette impression double de maîtrise (presque savante, ciselée dans le détail) et de perte de contrôle global. Gosztola alterne une multiplicité de techniques : vers libre centré, vers libre avec justification à gauche, vers libre avec justification à droite et à gauche créant un vide mobile au centre, passage de l'italique au romain, changement de corps de caractère, parenthèses doubles voire triples, schémas, suite de points, éclatement du mot par séparation des lettres qui le composent, ou inversement soudure de plusieurs mots... Ces ruptures constantes perturbent la lecture en même temps qu'elles créent un sentiment de vertige face à ce qui a lieu dans la première partie, ou a eu lieu, dans la seconde.
La mise en page complexe de ce livre le rend difficile à citer en restituant une page à l'identique ; je choisis donc une page particulièrement " simple ":
" paisible crypté dans la nuit / en munyarwanda // je veux construire une maison / pour mon imagination / et y mettre le feu //// ce sont des morceaux que je foule / comme je regarde ce que je n'ai pas vu // et en avant // il faut que je marque sur la poussière rouge / que je me souvienne du pas de danse bantoue / de l'effroi de cette figure qu'elle n'avait pas au moment de mourir //// (je vois une fuite / dans le silence // : les / visages / insistent / dedans et / me parlent / pour me / taire ) //// ( Vancouver, 3 janvier 2009) "
Il est difficile de dire d'un tel livre qu'il est " réussi ", mais c'est une remarquable tentative pour aller poétiquement contre l'inhumain, sans concession aucune au voyeurisme morbide ou au goût pervers pour l'horreur.


par Antoine Emaz

  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

23/08/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Poésie et Théâtre
  • Nouvelles du Plateau S
    Nath G

    Nath

    65 livres

    Nouvelles du Plateau S Recommandé par Nath G

    Dans un sanatorium situé sur les hauteurs d'un plateau symbolique aux environs de Tokyo, la vie des ...

Critique du Club de lecture Poésie et Théâtre
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité