Ses sites
Ses infos 

Date de naissance : 01/04/1975

Genre : feminin

Ils la suivent (187)
  • Solera .
  • Alex .
  • Laetitia .
tous
Elle les suit (33)
  • Tiphaine A
  • Jostein Alias
  • Emma Aurange
tous
Vous êtes sur le profil de Virginie Neufville
"Le romancier n’est pas quelqu’un qui résout les problèmes. C’est quelqu’un qui pose les questions." Haruki MURAKAMI, "1Q84" tome 1  
Lecteur Officiel

Critique de "A Suspicious River"

Sa note:
"La réceptionniste revient de suite..." 31/07/2012 par
Cette critique a été lue 256 fois
  • 4 avis positifs
  • 0

CritiqueLeïla est "une coquille vide". Jolie fille, mariée à Rick "lent et terne comme l'amour", elle se prostitue pendant ses heures de travail à l'hôtel de Suspicious River. Ses actes ne sont pas motivés par l'argent: les billets verts ne sont que des morceaux de papier secs qu'elle accumule dans une petite boite sans savoir vraiment ce qu'elle va en faire, simplement, en se donnant à n'importe qui, elle maltraite son propre corps:
"J'avais eu de l'argent, il m'avait frappé, et alors? C'était juste mon corps, et c'était du passé."
Leïla ne ressent rien. Les sentiments ne font que l'effleurer, c'est pourquoi il est facile pour elle de se vendre. Son physique n'est qu'une enveloppe, et à y regarder de plus près il ressemble trop à celui de sa défunte mère qui lui a tant laissé de souvenirs trop lourds à porter.
"J'étais calme, planant en permanence à trois mètres au dessus de mon corps. Peut-être qu'être avec moi n'était pas très différent qu'être tout seul."
Un jour, elle s'entiche d'un de ses clients, un certain Gary. Il devient son proxénète officieux, la prête à ses amis, empoche sans qu'elle n'y voit aucun problème:
"Je me sentais aimé comme un sale chat est aimé d'une vieille dame solitaire"
Dès lors, la descente aux enfers commence...

Le style de l'auteur est à l'image du caractère de Leïla: neutre, froid face à la gravité de la situation. Ce roman prouve de façon implacable l'influence des parents quant à la futur stabilité ou instabilité de l'enfant. Leïla a eu une mère elle aussi prostituée à ses heures perdues, fournissant des gestes de tendresse au compte goutte, et un père aimant, mais incapable de faire preuve d'une autorité parentale dominante.
Alors, vendre puis donner son corps c'est se donner l'impression d'exister, se punir, ou d'être aimer, au choix.
L'importance du vécu permet de justifier cette âme en perdition qui cherche pourtant à renaître en se forgeant un autre destin. Et quand on vit à Suspicious River, quoi d'autre que la rivière qui longe l'hôtel comme symbole emblématique d'une possible renaissance?

  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

31/07/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Romans et nouvelles
  • La pluie, avant qu'elle tombe
    Victoire Nguyen

    Victoire

    Officiel 1421 livres

    La pluie, avant qu'elle tombe Recommandé par Victoire Nguyen

    Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée ...

  • Absalon ! Absalon !
    Vincent Meplont

    Vincent

    95 livres

    Absalon ! Absalon ! Recommandé par Vincent Meplont

    Absalon, Absalon ! est tout d'abord l'histoire de Thomas Sutpen et de sa descendance - l'histoire de ...

Critiques du Club de lecture Romans et nouvelles
  • La théorie de l'information
    Fran KN

    Fran

    99 livres

    Une fresque étonnante L’avis de Fran KN sur La théorie de l'information

    Le style volontairement encyclopédique peut dérouter, et pourtant l'auteur réussit à le ...

  • Miss Alabama et ses petits secrets
    Ariane Jordi

    Ariane

    135 livres

    Optimisme et bonne humeur L’avis de Ariane Jordi sur Miss Alabama et ses petits secrets

    Un roman résolument optimiste avec des personnages attachants. Une ode à la vie.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité