Ses sites
Ses infos 

Date de naissance : 01/04/1975

Genre : feminin

Ils la suivent (188)
  • Solera .
  • Alex .
  • Laetitia .
tous
Elle les suit (33)
  • Tiphaine A
  • Jostein Alias
  • Emma Aurange
tous
Vous êtes sur le profil de Virginie Neufville
"Le romancier n’est pas quelqu’un qui résout les problèmes. C’est quelqu’un qui pose les questions." Haruki MURAKAMI, "1Q84" tome 1  
Lecteur Officiel

Critique de "Cronos"

Sa note:
La dictature au quotidien 17/10/2012 par
Cette critique a été lue 292 fois
  • 3 avis positifs
  • 0

CritiqueVille imaginaire, Zaroffcity est le symbole de la dictature à l'œuvre dans ce qu'elle a de plus sanglant. Depuis le coup d'Etat, le Grand Guide est le maître suprême, mais le plus redouté par la population reste le Ministre de l'Intérieur et de la justice (nom pompeux pour ce qui n'existe plus): Karaci.
Zaroffcity est "peuplée d'ombres blafardes, et une terre consumée de soleil, mais elle semble enténébrée, tant est épaisse la chape de désolation qui pèse sur ses habitants, pris dans les tenailles de la délation."
Une seule religion: la délation, mais une liste sans fin de défenses et d'obligations...Karaci et sa milice veille au grain. Leur loisir préféré est la torture. "Ame damnée du Grand Guide, Karaci travaille à se rendre indispensable". Il est prêt à tout même à transformer la ville en ossuaire, pourvu que chaque révolte soit noyée dans l'œuf.
Et pourtant, ce "grand fossoyeur" a une épouse! Certes, contrainte et forcée de se marier pour que son père, ancien astronome renommé de la République, reste sauf. Una porte désormais comme un stigmate le nom de Una Karaci, ce qu'elle considère déjà "comme un châtiment en soi". Impossible de lui échapper, mais bizarrement elle réussit à se refuser à lui. Ce qui la fait tenir, ce sont les lettres qu'elle envoie clandestinement à son frère Andréas qui a réussi à fuir pour la ville voisine, et qui peut là-bas, non seulement déployer ses talents d'artiste, mais aussi être une voix de l'opposition.
Cronos est la chronique d'une dictature au quotidien où la population subit la folie meurtrière d'un seul homme dépravé en tout. Au chapitre V, ses victimes retrouvent leur dignité car l'auteur leur donne un nom et une histoire. Ce sont Anton, Vérona, Quetzal, tous issus d'horizons différents, mais tous tués pour ne pas faire de l'ombre à Karaci.
Le roman a une résonance mythologique certaine. On y retrouve les grandes lignes du mythe d'Antigone. Souvenez vous, Antigone, la fille d'Oedipe, qui désobéit aux ordres de son oncle Créon et enterre en cachette son frère Polynice, pour ensuite être condamnée...Una est l'Antigone de Zaroffcity. Elle symbolise le début d'un mouvement de révolte contre l'Ogre. Elle rencontre et structure de petits groupes qui s'unissent pour la même cause. Elle coordonne avec X les tracts clandestins. Mais Una veut plus, veut aller plus vite, veut, de par sa position d'épouse de Karaci, devenir le bras armé.
Très bon roman dans lequel l'auteur n'hésite pas à prendre le contrepied de la gravité en optant pour un ton ironique et parfois choquant pour dénoncer la corruption, l'arrivisme, les excès. Karaci est certes un personnage imaginaire, mais il est le conglomérat d'hommes d'Etat tristement célèbres et réels qui, pour garder le pouvoir, n'hésitent pas à sacrifier sa propre population.
A découvrir sans tarder.

  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

17/09/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Romans et nouvelles
  • La peau de l'ours
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1259 livres

    La peau de l'ours Recommandé par Virginie Neufville

    Le narrateur, hybride monstrueux né de l'accouplement d'une femme avec un ours, raconte sa vie ...

  • L'homme sans maladie
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1259 livres

    L'homme sans maladie Recommandé par Virginie Neufville

    Architecte de renom zurichois, Samarendra Ambani (dit Sam), fils d'immigrants indiens, se considère ...

Critiques du Club de lecture Romans et nouvelles
  • La langue des oiseaux
    Florel Florel

    Florel

    744 livres

    Un vol vaporeux L’avis de Florel Florel sur La langue des oiseaux

    Je ressors de ce livre avec un sentiment indéfinissable. Ce n'est pas un mauvais livre, mais il ...

  • La dernière fugitive
    Laurence Nakachian

    Laurence

    151 livres

    Trop paisible peut-être ? L’avis de Laurence Nakachian sur La dernière fugitive

    L'héroïne, Honor Bright, a quitté l'Angleterre et sa famille et découvre le continent américain ...

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité