Ses sites
Ses infos 

Genre : feminin

Ils la suivent (42)
  • Alex .
  • Solenn 75
  • Jostein Alias
tous
Elle les suit (35)
  • Solenn 75
  • Jostein Alias
  • CHRISTINE B
tous
Vous êtes sur le profil de Delph F
Une heure de lecture est le souverain remède contre les dégoûts de la vie. Montesquieu  
Lecteur Officiel

Critique de "Des fourmis dans la bouche"

Sa note:
difficile intégration 22/09/2012 par
Cette critique a été lue 172 fois
  • 0 avis positif
  • 0

CritiqueKhadîdja est malienne, elle est mère célibataire et élève seule ses 4 enfants à Château-Rouge un quartier nord de Paris. Sans emploi et avec peu de ressource elle vit dans un appartement trop petit et doit trouver des combines pour survivre. Entre l'aumône intéressée de l'épicier et les visites de l'assistante sociale qui ne voit qu'une solution à ses problèmes : ester en justice contre Jacques son amant et père de son dernier fils afin d'obtenir une pension alimentaire, Khadîdja doit également faire face à une communauté qui la rejette, son crime : avoir eu une liaison avec un blanc ! Château-Rouge semble être en liaison direct et permanente avec son village malien, tout se sait au pays et les patriarches du foyer sonacotra font offices de juge des mœurs.

Khadîdja est écartelée entre sa culture musulmane, la pression des hommes, le nom de la famille à honorer (et à faire vivre grâce à la part d'allocation familiale envoyée chaque mois quitte à ne plus pouvoir nourrir ses propres enfants) et son envie de vivre en femme libre et indépendante. Ils la juge, l'humilie, la sermonne au non du " mal " qu'elle cause à la communauté mais elle est où cette fameuse communauté quand il est question de venir en aide à son prochain ?

Ces hommes sont archaïques ils ont recréé en France la vie et les règles du village ils refusent que les femmes s'adaptent, travaillent, pour mieux les dominer. Et certaines de ces femmes semblent se complaire de la situation. Khadîdja par sa soif de liberté, d'indépendance, par sa tentative de mettre tout ce petit monde face à ses propres contractions devient une perturbatrice et jeter l'opprobre sur sa personne est bien plus facile que de tenter de se remettre en cause.

Ce livre est écrit avec beaucoup d'humour mais m'a semblé extrêmement triste car je pense que des Khadîdja il y en a aujourd'hui des milliers en France, des femmes seules face à l'obscurantisme et à la bêtise d'une minoritée au nom de la religion.

  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

18/04/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Romans et nouvelles
  • Quelque chose de lui
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1184 livres

    Quelque chose de lui Recommandé par Virginie Neufville

    Un père lâche, un fils vengeur et une jeune femme aussi délicieuse que perdue. Trois personnages ...

  • L'Ami Butler
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1184 livres

    L'Ami Butler Recommandé par Virginie Neufville

    Johan est requis sur les lieux de la disparition de son frère jumeau, Timon. Ce dernier est un ...

Critiques du Club de lecture Romans et nouvelles
  • L'odeur des pontons
    Lit Sariah

    Lit

    3 livres

    Secrets de famille L’avis de Lit Sariah sur L'odeur des pontons

    L'odeur des pontons est un récit de secrets de famille mis à nu suite à la disparition d'un des ...

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité