Les Grands Scandales de l’Histoire de France (Larousse) - Renaud Thomazo

Renaud Thomazo : la scandaleuse Histoire de France

10/12/2013

De l’affaire du collier de Marie-Antoinette à celle du canal de Panama, de la mort licencieuse de Félix Faure à l’attaque du Rainbow Warrior, l’historien Renaud Thomazo nous fait revivre dans son beau-livre les plus grands scandales ayant éclaboussé l’histoire de France.

Renaud Thomazo en un clin d’œil :

Renaud Thomazo est historien. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire de France chez Larousse, dont Les Grandes affaires criminelles ou Les Pires décisions de l’Histoire de France. Lire la biographie de Renaud Thomazo.

Pourquoi on aime Les Grands Scandales de l’Histoire de France :

En décembre 2012, les Français découvrent avec effarement que leur ministre du Budget, chargé de lutter contre la fraude fiscale, possède un compte bancaire en Suisse depuis vingt ans... En quelques jours, c’est la France entière qui crie au scandale ! Offusquée, trahie, indignée, l’opinion publique jure que, jamais ô grand jamais, elle n'avait assisté à un tel tapage. Et pourtant…

Escroqueries rocambolesques, tentatives d’espionnages maladroites, désastres judiciaires ou encore croustillantes affaires de mœurs… Dans son beau-livre illustré Les Grands Scandales de l’Histoire de France (Larousse), l’historien Renaud Thomazo nous démontre que le scandale a toujours fait partie de notre histoire. Mieux : il en a souvent été un élément moteur ! Combien de ministres sont ainsi tombés suite à des révélations embarassantes ? Les scandales de Stavinsky et de Panama n’ont-ils pas fait vaciller la IIIe République réputée pour sa corruption généralisée ?



"Plus c'est gros, plus ça passe" a-t-on parfois coutume de dire. Aussi révoltants, osés, insensés soient-ils, il semble donc que scandales n'aient vocation à disparaître qu'en étant remplacés par un nouveau. Des maîtresses de Louis XV à l'affaire du collier de la reine en passant par l'attaque du Rainbow Warrior ou par la supercherie des avions renifleurs, Renaud Thomazo revient avec humour sur ces scenarii parfois tragiques, souvent burlesques mais toujours abracadabrantesques. S’appuyant sur des documents et facs-similés exceptionnels, il soulève également de nombreuses questions restées sans réponse : et si la bataille de Valmy, présentée comme une page glorieuse de la Révolution, n’avait été qu’un simulacre organisé par Danton ? Félix Faure est-il réellement mort dans les bras de sa maîtresse ? (voir la "page à corner" ci-dessous) Qui a tué le ministre Robert Boulin ?



Si l’ouvrage fait la part belle aux XIXe et XXe siècle, précise l’auteur, ce n’est pas parce que les siècles précédents ont été plus vertueux. Mais parce que pour qu’un scandale éclate, il faut que l’information circule. Et seule la presse, réellement présente au niveau national à partir du XIXe siècle, va donner vie à ce nouveau pouvoir qu’est l’opinion publique. Car, assure l’auteur, il est une constante dans le scandale : certes il provoque la colère, l’indignation, parfois même la révolution… mais les Français adorent ça !


La page à corner :

La mort égrillarde du président Félix Faure : "Il est des scandales qu’il vaut mieux à tout prix éviter, ce que Louis Le Gall, en sa qualité de chef de cabine du président de la République, sait mieux que quiconque. Et il a fort à faire en ce dramatique soir du 16 février 1899 pour que ne s’ébruite pas ce qui vient réellement de se passer dans le salon d’Argent du palais de l’Elysée. Le président Félix Faure, après un brutal malaise, s’y est effondré et a sombré dans un coma dont le docteur Lannelongue ne pourra malheureusement pas le sortir. Seulement voilà, si Le Gall est accouru aussi vite, c’est que des cris de femme l’ont alerté. Non pas ceux de Madame Faure, que l’on ne préviendra qu’un peu plus tard, mais ceux de Marguerite Steinheil, la maîtresse du président.



La scène serait cocasse si elle n’était pas si tragique. Le président de la République gît sur un sofa dans un "total déshabillement", vêtu seulement d’un gilet de flanelle. Madame Steinheil, elle aussi fort peu vêtue, ne parvient pas à se dégager de la main de Félix Faure, encore fermement agrippée à son abondante chevelure (…) Le docteur Humbert venu assister son confrère Lannelongue, confirme le décès consécutif à l’imprudent effort cardiaque du président. Mais si la médecine qualifie ce doux trépas du terme d’ "épectase", il est bien évidemment impossible de livrer ce diagnostic à la presse. Le communiqué officiel précise donc que "le président de la République a succombé ce soir, à dix heures,  à une attaque d’apoplexie foudroyante".  Trois autres médecins, contresigneront ce communiqué qui demeure, pour l’Histoire, la version officielle.
" (p.59)


Olivier Simon

  • Envoyer
  • S'abonner
  • Imprimer
  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

24/04/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Histoire
  • Les femmes bagnardes
    Salaheddine Chaouche

    Salaheddin ...

    0 livre

    Les femmes bagnardes Recommandé par Salaheddine Chaouche

    De 1859 à 1907, des centaines de femmes vont toucher le fond de la misère humaine à Cayenne, à ...

  • Chroniques d'autrefois en Dauphiné
    Claude FERRADOU

    Claude

    0 livre

    Chroniques d'autrefois en Dauphiné Recommandé par Claude FERRADOU

    Quel point commun pourrait-il exister entre la nostalgie du vieil ambassadeur dauphinois du roi ...

Critiques du Club de lecture Histoire
  • La reine au Moyen Age Le pouvoir au féminin, XIVe-XVe siècle, France
    Florel Florel

    Florel

    721 livres

    Très instructif L’avis de Florel Florel sur La reine au Moyen Age Le pouvoir au féminin, XIVe-XVe siècle, France

    Dans ces pages l'auteure va aborder tous les pans du pouvoir de la reine et même plus en parlant ...

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité