• Accueil /
  • Les articles /
  • "John Carter" : les studios Disney adaptent les aventures du héros d’Edgar Rice Burroughs
Image par défaut

"John Carter" : les studios Disney adaptent les aventures du héros d’Edgar Rice Burroughs

10/03/2012

Cent ans après la parution du premier tome de La princesse de Mars, écrit par Edgar Rice Burroughs, est sortie le 7 mars sur les écrans son adaptation cinématographique. Superproduction Disney, John Carter permet enfin au public français de découvrir ce héros de la science-fiction, encore inconnu chez nous.

 

 

Et si la Planète Mars était réellement peuplée de petits hommes verts ? Si l’on en croit le romancier Edgar Rice Burroughs, cette hypothèse est tout à fait crédible. 

 

 

John Carter, super-héros avant l’heure

 

Burroughs, également créateur de Tarzan, a en effet publié en 1912 le premier tome de sa saga "Le Cycle de Mars" au cours de laquelle John Carter, capitaine sudiste durant la guerre de Sécession, est inexplicablement projeté sur la planète Mars. Renommée par l’écrivain "Barsoom", la planète, peuplée d’étranges créatures à la peau verte, est en proie à une véritable guerre civile à laquelle seule John Carter peut mettre fin.  

 


L’adaptation musclée d’une épopée intergalactique 

 

Cent ans après leur parution, les aventures du capitaine de l’armée confédérée viennent d’être adaptées au cinéma. Sorti le 7 mars en 3D sur les écrans français, John Carter a bénéficié de moyens spectaculaires : un tournage pharaonique et 250 millions de dollars investis pour recréer l’univers de Barsoom, imaginé un siècle plus tôt par Edgar Rice Burroughs. 

Réalisé par Andrew Stanton, génie des studios Pixar à qui l’on doit Le Monde de Nemo ou encore Wall-E, John Carter doit beaucoup à l’investissement du cinéaste. Celui-ci explique : "J’avais 11 ans quand j’ai lu le roman de Burroughs pour la première fois. Et j’ai passé les trente dernières années à rêver de l’adapter au cinéma".

 

 

Un lauréat du prix Pulitzer à l’écriture du scénario

 

Si Andrew Stanton s’est, en plus de la réalisation du film, investi dans l’écriture du scénario, il a reçu l’aide de l’écrivain Michael Chabon, qui en 2001 avait remporté le prix Pulitzer pour Les Extraordinaires Aventures de Kavalier et Clay (10/18). Interviewé par le magazine américain Wired, le romancier a exprimé son affection pour l’univers de Burroughs : "Edgar Rice Burroughs a été l’un de mes premiers coups de cœurs littéraires. Il est l’un de mes auteurs préférés et c’est après avoir lu sa biographie que possédait ma bibliothèque de quartier – cette énorme biographie d’Edgar Rice Burroughs – que j’ai décidé d’utiliser le pseudonyme de « Mike Burroughs Chabon ». J’étais obsédé". 

 

Interrogé sur son travail sur le scénario, il a expliqué : "Notre but ultime était de faire un bon film, si ce n’est un excellent film. Le but ultime n’était pas de transcrire littéralement l’action du livre dans le film, ce qui aurait finalement selon moi déshonoré le livre, parce que l’on aurait été incapable de transcrire la richesse et la magie étrange qui se dégage du livre. Et cela l’aurait forcément trahi". 

 

 

Charlotte Arce

  • Envoyer
  • S'abonner
  • Imprimer
  • Partager :
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Myspace
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Technorati
  • Partager sur Wordpress
  • Partager sur Typepad
  • Partager sur Digg
  • Partager sur Google
  • Partager sur Netvibes

Bienvenue, souhaitez-vous laisser un commentaire ?

30/10/2014

Commentaire:

Recommandation du Club de lecture Actualité
  • Révélations
    MAGALI Tacy

    MAGALI

    0 livre

    Révélations Recommandé par MAGALI Tacy

    Faisant suite aux romans intitulés « la Cité de la Paix », et « Le Troisième Temple », ce ...

  • Moi, l'enfant volée
    Hasna AMARI

    Hasna

    1 livre

    Moi, l'enfant volée Recommandé par Hasna AMARI

    La vie de Dany, candidate à la dernière édition de « L'île de la tentation », est un ...

Critiques du Club de lecture
  • Le roi lézard
    Elvis Paris

    Elvis

    434 livres

    ok L’avis de Elvis Paris sur Le roi lézard

    Et si Louise Morvan réussissait enfin à élucider le mystère de la mort de son oncle ? Assassiné ...

  • L'appel
    Virginie Neufville

    Virginie

    Officiel 1295 livres

    Ce qui sera, sera. L’avis de Virginie Neufville sur L'appel

    Le lecteur averti (ou non) de littérature jeunesse n'a pas pu passer à côté du battage ...

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité